Touriste japonais et son amour pour Ha Giang


M. Yasushi Oguna ayant environ 60 ans va encore régulièrement au Vietnam une fois par mois, puis arrive à Dong Van, Ha Giang. Parfois, il prend le vélo à Lung Cu ou Meo Vac, cela étonne beaucoup de jeunes rencontrés sur la route.
Voyage au Vietnam | Photos du Vietnam | Circuit Sapa | Voyage delta du Mékong
 
 

Le cyclisme de la ville de Dong Van à Lung Cu prend 3 heures pour les jeunes mais environ 4 heures pour Yasushi. Yasushi dit que pendant le dernier voyage, il part à 9h et à 13h, il est au centre de la commune Lung Cu. À cause de la pente, il ne surmonte pas la route en un tiers et il doit aller à pied.
M. Yasushi est né en 1957, a passé trois ans au plus nombreux des provinces du Vietnam.
 
Ce n'est pas la première fois qu'il fait seul du vélo à Ha Giang. Auparavant, il avait pris le vélo à Meo Vac et pris souvent la moto à Lung Cu. Selon M. Yasushi, allez à vélo est très lent, mais vous pouvez regarder le paysage, surtout cette saison a beaucoup de fleurs. "Le moment le plus intéressant est que le vélo descend puis monte la pente. Cela est très aéré et confortable. De plus, sur le chemin, je rencontre beaucoup de jeunes vietnamiens et occidentaux voyageant en moto. Tout le monde m’encourage et j’en suis heureux," il a partagé.
Tran Tan est un des nombreux jeunes qui a rencontré M.Yasushi sur la route. "Une fois que nous êtes arrêté à un champs des sarrasins, il fait du vélo de Dong Van à Lung Cu. Ensuite, quand il rencontre une pente, il doit se promène. Sur tous les chemins de Ha Giang, je n’ai rencontré personne qui a dépassé le col à vélo, mais un étranger âgé devrait le faire, je suis lui respectueux », se souvient Tan.
Il a souvent rencontré et discuté avec les jeunes sur la route de voyage en moto
 
M. Yasushi arrive à Ha Giang à plusieurs reprises non seulement par le désir d'admirer les beaux endroits, mais aussi par l’amour intense pour la terre du pôle nord. Il travailler pour une entreprise à Tokyo, sa première visite au Vietnam en 1995, et il passe régulièrement le temps de voyager le Vietnam. Maintenant, à la retraite, il est allé à toutes les provinces du Nord, et le lieu qu’il aime le plus est Ha Giang, surtout Dong Van avec le paysage particulièrement naturel original et des traditions culturelles diverses.
Il ne s’arrête pas au loisir, M. Yasushi aussi trouve des moyens d'aider les populations locales à gagner la vie mais conserver la culture traditionnelle unique. C’est le modèle du café septentrional – l’adresse familière pour beaucoup de gens voyageant en moto, les maisons de murs pour les clients séjournant sont au village Lo Lo de la commune Lung Cu, donc il investit tout ou une partie, et les habitants sont propriétaires.
En partageant avec VNExpress, M. Yasushi – l’autodidacte qui est très courant en vietnamien, a déclaré l'une des raisons pour lesquelles il a choisi d'aider les gens de Lo Lo parce qu'ils sont sympathiques et aimables, ils parlent couramment le vietnamien pour communiquer facilement, tandis que les Hmong ne bien parlent pas. De plus, le village de Lo Lo a beaucoup de murs anciens qui impressionnent à cet homme japonais.
«Je veux que les gens protègent la culture traditionnelle et les anciennes maisons. Si on ne fait rien, elles seront oubliées. J'espère que les cafés ouverts par les gens Lo Lo deviennent une destination touristique attrayante, grâce à laquelle ils peuvent introduire leur culture aux étrangers et sont fiers de leurs traditions, leurs coutumes » il a dit.
M. Yasushi ont un amour intense avec le village Lo Lo de la commune Lung Cu du district Dong Van de Ha Giang.
 
À l’accompagnent avec des gens de Lo Lo depuis de nombreuses années, M. Yasushi accepte que la protection de la culture traditionnelle est très difficile pour la vie, en raison de la vie en croissance et en modernisation, de nombreuses personnes construisent une nouvelle maison.
«Je dois rappeler aux habitants que, si la culture traditionnelle n’existe pas, Dong Van ne séduit pas l’arrivée des touristes. Le café et la famille d’accueil peuvent aider les propriétaires pour obtenir plus de revenus qui font croître progressivement l’économie. Mais il y a seulement un peu de bonne famille, ce n’est pas si bien. Comment faire venir les touristes à Lo Lo pour rendre l'économie rurale mieux ? Maintenant, je suis encore à essayer de vendre de l'alcool de maïs, des produits agricoles et artisanaux, il confie.
Retour à l'accueil: http://circuit-nord-vietnam.com/